Hugo Cabret ( 2011 ) – Martin Scorsese

Hugo Cabret ( 2011 ) - Martin Scorsese

En 1931, Hugo Cabret, un petit orphelin de 12 ans, vit dans les combles de la gare Montparnasse, à Paris. Il occupe ses journées à en remonter les horloges. Mais son rêve secret est ailleurs. Son père lui a laissé un curieux automate inachevé qu’Hugo voudrait voir fonctionner. Il lui manque une pièce essentielle, une clef en forme de coeur. Sa quête n’empêche pas Hugo de se lier avec une autre orpheline, Isabelle, dont s’occupe un vieil homme, vendeur de jouets dans un des magasins de la gare. Hugo découvre que, même s’il n’en parle jamais, ce vieil homme n’est pas n’importe qui. Il s’agit de Georges Méliès, le premier cinéaste de fiction du monde, tombé dans l’oubli…

**********

Hugo Cabret ( 2011 ) - Martin Scorsese

Quand le cinéma et la magie s’associent pour notre plus grand plaisir.

Un hommage au début du cinéma par un Martin Scorsese inspiré.
Ce film est une invitation à l’émerveillement à travers la découverte par
un jeune garçon mélancolique du secret d’un vieil homme marqué par
son temps.

Le Film de Scorcese est comme un très net hommage à Méliès dont plusieurs extraits de films sont proposés. Un must. La  photographie est d’une grande beauté.
. Les images de mouvements d’horlogerie sont saisissantes, ainsi que les citations de scènes de films.

Hugo Cabret ( 2011 ) - Martin Scorsese

Ce film est une invitation à l’émerveillement. Plus le film avance et plus l’émerveillement est grand. Dans ce film, Scorsese devient magicien.
Son Hugo Cabret est un enchantement visuel doublé d’un hommage à un pionnier du cinématographe et des effets spéciaux, le dénommé Georges Méliès.

Hugo Cabret ( 2011 ) - Martin Scorsese

Voilà un film qu’on reçoit comme un cadeau, une malle aux trésors.
On y découvre pêle-mêle une aventure pleine de mystères, l’histoire des débuts du cinématographe à travers celle de Méliès. La réalité dialogue avec la fiction, et le cinéma d’hier, avec celui d’aujourd’hui. Ce film rallie plaisir et  connaissance,
un travail à la mémoire du cinéma et à sa transmission. Il y a là de quoi
enchanter les enfants comme les cinéphiles.

Hugo Cabret ( 2011 ) - Martin Scorsese

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :