Attrape-cœur (L’) – J. D. Salinger

J. D. Salinger - L'Attrape-cœurs

« Tu aimes rien de ce qui se passe », déclare à son frère la jeune sœur de Holden, le héros de L’Attrape-Cœur. Cette petite phrase rend parfaitement l’état d’esprit de l’adolescent, dont la révolte contre le monde qui l’entoure est essentiellement affective. Holden a beau appartenir à une famille New-Yorkaise aisée, fréquenter les collèges les plus chics, cela ne l’empêche pas de vomir la réalité. Mesquineries de certains professeurs, cruautés ou vanité de ses compagnons de collège, déceptions amoureuses : tout est pour lui prétexte à des bagarres (dont il sort presque toujours battu) et à une constante insubordination. Et pourtant son cœur déborde de tendresse, non seulement pour le grand frère cinéaste qu’il admire ou pour Phoebe, la petite sœur adorée, mais même pour ses adversaires. Le roman débute par les adieux du héros à son collège. Puis, c’est le vagabondage à travers New-York jusqu’au moment où, grâce à l’intervention de l jeune Phoebe, Holden finit par rentrer chez lui.   

Grâce à ce seul roman et à quelques dizaines de nouvelles, Salinger obtient, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un succès comparable à celui  de Fitzgerald dans les années vingt. C’est qu’il a su capter la sensibilité d’une époque. Non seulement des milliers d’étudiants pourront aussitôt s’identifier à ses personnages, mais Salinger crée des mots plus ou moins argotique, comme « phony » (truqué) ou « lousy » (moche), qui seront immédiatement adoptés dans les campus. Comme l’écrit le critique Jacques Cabau :  » Il a inventé un art qui tient à la fois du courrier du cœur, de la publicité et de la confession. « Il a reçut effectivement des milliers de coup de téléphone. Ses fans formèrent des clubs. Le phénomène Salinger, plus qu’une mode, devint une mystique dans les années cinquante.  

Définissant le style de L’Attrape-Cœur, le spécialiste de la littérature américaine Jacques Cabau le décrit comme « la mélopée de la dépression nerveuse qui joue sur le triple registre du rire, des larmes et de la colère. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :