Gatsby le magnifique – Francis Scott Fitzgerald

Nick Carraway, un jeune célibataire, vient de s’installer à West Egg, où vivent les nouveaux riches de l’après-guerre. Parmi ceux-ci, un certain Jay Gatsby, voisin immédiat de Carraway, qu’un mystère entoure. Qui est-il ? D’où vient sa fortune ?
A-t-il  vraiment tué un homme , comme on le dit ? Vient-il d’Oxford, comme il l’affirme lui-même ? Et surtout, pourquoi toutes ces fêtes offertes aux noctambules de New York ? Fêtes auxquelles seul Gatsby, restant toujours sobre, semble ne pas participer. Souvent, il a le regard perdu de l’autre côté de la baie, vers East Egg, où vivent les héritiers aux fortunes établies de longue date. Lointaine cousine de Carraway, Daisy, femme adorable et frivole, réside avec son mari dans l’une des plus belles demeures d’East Egg…

**********

Gatsby le magnifique n’eut pas un grand succès aux Etats-Unis à sa sortie, mais il valut à Francis Scott Fitzgerald l’éloge illustres aînés :  » Je l’ai lu trois fois. Et ce n’est pas le moins du monde sous le coup de l’éloge que vous me décernez que j’affirme que Gatsby m’a intéressé et passionné plus qu’aucun romans nouveaux, anglais ou américains, ne l’on fait depuis nombre d’années.  » (T.S. Eliot)

 Gatsby est un roman dit de personnages. Autrement dit un roman qui ne déroule pas son histoire faites d’intrigues et de rebondissements mais s’attarde davantage sur les motivations, les rêves et le relations complexes entre les personnages.

Un court roman au rythme très enlevé qui noie ses personnages dans une fête ininterrompue largement arrosée de champagne et qui prend souvent des allures de pièce de théâtre.

Ce livre dénonce une face pas très reluisante du genre humain, l’homme profiteur, centré sur son nombril, qui n’hésite pas à profiter des autres et à s’en détourner des que le vent tourne, le genre d’homme qui gravite autour de Gatsby.

Un roman dont la langueur et l’élégance font tout le charme. Le personnage de Gatsby ne peut que séduire tout lecteur qui se plonge dans cette société huppée et tellement désabusée. C’est le roman d’une époque et du vague à l’âme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :