Merveilleux (Le) voyage de Nils Holgersson – Selma Lagerlöf

Un jour, Nils, quatorze ans, fils d’humbles fermiers de Scanie, se moque d’un « tomte », sorte de lutin haut comme un revers de main et génie familier qui hante les foyers scandinaves. Pour se venger, celui-ci ensorcelle le gamin et le transforme en tomte. Désolé, Nils contemple dans le miroir sa minuscule silhouette. Il s’aperçoit avec stupeur qu’il comprend désormais le langage des animaux. Oubliant sa petitesse, il saute sur le dos du jars Martin, qui s’apprête à s’envoler pour suivre l’irrésistible appel des oies sauvages survolant la ferme. Voici Nils juchz sur sa monture en partance vers la Laponie, où les oies se rendent chaque printemps. La vieille Akka, chef des oies, l’accueille avec humeur mais, peu à peu, la bande adopte cet étrange compagnon qui, tout au cours de la randonnée, déjoue par son astuce et sa ténacité les pièges tendus par les chasseurs ou les renards. Enlevé par des corneilles, capturé par un ours, Nils connait mille aventures dont il se tirera toujours grâce à sa bonne entente avec les animaux et à son courage. Nils retrouvera sa forme humaine en regagnant la maison familière sur le dos du jars Martin.    

**********

Sur un thème pourtant imposé, Selma a donné naissance à un chef-d’oeuvre qui enchante au sens propre, les petits et grand. 
Le lecteur, quel que soit son âge, s’identifie au héros, symbole de liberté. Nils, par son appartenance provisoire à un monde magique, échappe à la condition humaine. La richesse d’imagination de l’auteur, sa puissance d’évocation de la nature, son interprétation poétique des signes, l’observation pleine de finesse des relations de Nils avec les animaux, le moralisme sous-jacent teinté d’humour, tout concourt à faire du Merveilleux Voyage une épopée pleine d’enseignement. Selma Lagerlöf alterne, très habilement, le récit de légendes anciennes ou de fantaisie, les leçons de sciences naturelles, les descriptions des provinces qui défilent sous les yeux éblouis de Nils. 

Deux chefs-d’œuvre replongent l’enfant humain dans la vie primitive : Le Livre de la jungle et Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson sont nés à peu près en même temps, à l’orée du siècle qui a le plus sauvagement saccagé et désacralisé la nature et, ce faisant, l’homme. Selma Laferlöf admettait avoir été influencée par Kipling mais ces deux livres issus de deux tempérament différents se ressemblant aussi peu que la jungle hindoue et la lande lapone. Le Livre de la jungle et le Merveilleux voyage ont le même sort qui est d’être considérés comme des livres d’enfant alors que leur sagesse et leur poésie s’adressent à tous. Selma Lagerlöf, il est vrai, avait sciemment écrit pour les écoliers suédois mais, par delà eux, elle nous parle.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :