Invention (L’) de Morel – Adolpho Bioy Casares

Un homme en fuite trouve refuge sur une île déserte. Un lieu étrange, dominé par une villa immense et somptueuse dont les sous-sols recèlent une machinerie aux fonctions incompréhensibles. L’île pourtant, n’est pas si déserte qu’elle l’a semblé de prime abord. Des estivants, réunis sur place par un certain Morel, s’engagent dans une fête languide dont le rituel paraît se reproduire ià l’infini…

Dans une île déserte, un justiciable en fuite découvre des choses fantastiques. Répétées à l’infini, les images des anciens habitants de l’île parcourent le paysage, figée dans un discours éternel. L’amour du fugitif envers un des mystérieux personnages le conduira à découvrir Morel et sa machine infernale, puis à intégrer son monde. 

**********

Les fictions de caractère policier rapportent des faits mystérieux qu’un fait raisonnable justifie et illustre ensuite ! Adolfo Bioy Casares, dans ce court roman, résout avec bonheur un problème peut-être plus difficile. Il déploie une Odyssée de prodiges qui ne paraissent admettre d’autre clef que l’hallucination ou le symbole, puis il les expliques pleinement grâce à un seul postulat fantastique, mais qui n’est pas surnaturel. 

«  J’ai discuté avec son auteur des détails de la trame, je l’ai relue ; il ne me semble pas que ce soit une inexactitude ou une hyperbole de la qualifier de parfaite  » (Jorge Luis Borges)

Ce court roman de 120 pages est un petit bijou aussi bien par la forme du récit que par e thème choisi : l’accès à l’immortalité.

Quand nous avons eu l’opportunité de faire un portrait de l’immortalité dans le monde de la fiction, nous imaginons des êtres immortels comme les elfes du Seigneur des Anneaux ou des êtres mythologiques, c’est-à-dire des divinités. Nous voyons ainsi que le prix à payer pour l’immortalité ou pour essayer de l’imiter est élevé. Dans L’Invention de Morel, le scientifique Morel a créé une machine capable de nous offrir l’immortalité de l’âme, mais cela aura un coût très élevé pour notre corps mortel.

Par ailleurs, le roman explore aussi le thème de l’amour, l’idéalisation de ce dernier et la façon dont il maintient en vie le fugitif. Il s’agit de son unique échappatoire, de son unique désir. L’amour est aussi naturel et humain que la mort, tout comme la peur de la solitude exprimée par le protagoniste. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :