Gil Jourdan – Libellule s’évade – Maurice Tillieux

Gil Jourdan est né un 7 août 1921 à Huy dans la province de Liège. 

C’est durant les années noires de l’Occupation que Maurice Tillieux va s’essayer à l’écriture romanesque, catégorie
policière ; un vieux rêve. 

Ne pouvant pas entrer au casino avec ses parents, il dévore pendant ce temps  » Le Meurtre de Roger Ackroyd « de Agatha Christie. Il poursuit avec les enquêtes policières de Monsieur Wens de Stanislas-André Steeman. 

En ce début des années 1940, il dirige une collection de fascicules consacrés à la littérature policière,  » Le Jury « . 
Du haut de ses 21 ans, Tilieux se sent l’âme d’un Jean Ray mâtiné d’Agatha Christie. Il rédige Le navire qui tue ses capitaines et décide de le soumettre à Steeman.

Ce jour-là, dans la maison bruxelloise du maître un adolescent de quinze ans postule avec son propre texte, un certain André-Paul Duchâteau qui sera finalement préféré à Tillieux. 

Il publia néanmoins ses romans deux ans plus tard car un besoin de lecture énorme se faisait sentir pendant la guerre.

 » Et alors, je me suis rendu compte, au bout d’un certain temps que je ne savais pas écrire, que c’était pompier ce que je faisait et qu’en fait, j’aimais mieux restituer une ambiance par le dessin ; ça je pensais que je pouvais le faire… « 

Après un parcours chaotique, le 20 septembre 1956, Gil Jourdan fait son entrée dans Spirou. Dès la première page de Libellule s’évade, le triangle Jourdan – Libellule – Crouton est formé, réunit en une seule entité la sainte trinité du polar : le détective privé – le truand repenti et l’inspecteur de police.

Gil Jourdan - Libellule s'évade - Maurice Tillieux

 Maurice Tillieux auteur de polar, certes mais en y insufflant une dose maximum d’humour. Quelques années avant que Michel Audiard ne le formalise au cinéma avec les Tontons flingueurs, Tillieux aura trouvé le difficile équilibre entre dérision et action .

Ce sont les personnages secondaires qui font une série. L’inspecteur Crouton, gafeur et maladroit, est issu de la grande tradition du guignol ; taper sur le gendarme. Mais si Crouton est un personnage au comique conventionnel, Libellule se révèle avec ses « abominables calembours » une véritable création originale.

Au delà de cette riche trouvaille, Tillieux s’impose avant tout comme un pur dialoguiste. Dans cette difficile catégorie de l’aventure humoristique, il sait mieux que quiconque personnaliser le discours de ses créatures de fiction. Aussi secondaire soit-il, chaque personnage possède sa voix, son phrasé. Tout l’art du dialoguiste de bande dessinées est là : faire entendre les mots posés sur le papier. Et chez Tillieux, provoquer un rire sonore. 

Cette première aventure de Gil Jourdan est bien celle d’un jeune homme qui se lance. Une réussite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :