Vallée (La) des masques – Tarun J. Tejpal

Tarun J. Tejpal - La Vallée des masque

Au cours d’une longue nuit où il attend ses assassins, d’anciens frères d’armes, un homme raconte son histoire et celle de son peuple, une communauté qui vit recluse dans une vallée inaccessibles, selon les préceptes d’un gourou légendaire : Aum, le pur des purs, le porteur de vérité… Là, dans un souci d’égalité absolue, les hommes non pas de nom mais un matricule, pas de visage mais un masque identique pour tous.
Au fur et à mesure qu’il s’élève dans la hiérarchie, jusqu’à devenir un des chefs, le héros découvre les écueils de cette utopie, ses perversions, sa cruauté envers ceux qui dévient du droit chemin et les compromissions de ceux qui, au non de la pureté n’hésite pas à éliminer chaque grain de sable.

**********

L’auteur nous fait réfléchir sur la condition humaine et sur la société, sur la recherche d’un système parfait, sur la manipulation et bien entendu sur les inévitables dérives que l’on peut constater sur les sectes comme dans les régimes totalitaire… et même dans ceux qui prétendent ne pas l’être…

Les actes que le narrateur est amené de commettre, mais surtout la manière dont la morale en vigueur en lave la conscience, révulsent à maintes reprises. La manière dont les détenteurs du pouvoir imaginent imposer leur mode de vie au reste du monde nous rend mal à l’aise.

Les Wafadar, auxquels il a lui-même appartenu, sont les tueurs sauvages de la secte Aum. Ils vident leurs victimes de leur sang à l’aide d’un siontch, objet qui peut provoquer une mort subite ou prolonger l’agonie de la victime aussi longtemps que désiré par le Wafadar selon les ordres reçus.

Ce passage est particulièrement dur vu l’insensibilité et le manque d’état d’âme des tortionnaires. 

Le style est très simple et la progression vers vers le sommet de la hiérarchie nous est conté comme une évidence. 

La cruauté morale et physique impitoyable du récit souligne la cruauté de l’entreprise. Dans la vallée des masques, il n’y a pas de place pour les émotions comme l’amour, ou les plaisirs comme la musique.

Tarun J. Tejpal - La Vallée des masque

**********

Entre politique-fiction et fable philosophique ce roman est un livre coup de poing brillant, dérangeant, à l’imaginaire luxuriant à la dimension mythique.

Ce livre est une révélation dont la lecture ne tarde pas à nous bouleverser. Un livre dont on en sort pas indemne. 

Un roman d’une profondeur et d’une intelligence rare.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :