Qumran – Eliette Abecassis

Eliette Abecassis

Le vol d’un des précieux manuscrits de la mer Morte, découvert en 1947 dans les grottes de Qumran, précipite Ary, jeune juif religieux, fils d’un archéologue israélien, dans une enquête jalonnée de cadavres. Des cadavres crucifiés. Ceux des savants ou des prêtres qui ont eu entre les mains un de ces manuscrits…
Quels terribles secrets renferment-ils donc pour être toujours en grande partie soustraits, cinquante ans après, à la connaissance du public et des scientifiques

Au fil de son enquête, il va s’apercevoir que nombreux sont ceux qui s’intéressent à ces manuscrits, lesquels contiendraient surtout des explications surprenantes et difficiles à dévoiler sur l’origine du christianisme. Mais dans le monde entier, ceux qui s’intéressent à ces énigmes sont en danger de mort. C’est en tout cas ce que tend à prouver la découverte d’un premier corps crucifié. Comme Jésus… Depuis qu’un jeune bédouin les a trouvés par hasard dans une grotte en 1947, les Manuscrits de la Mer morte n’en finissent plus de susciter polémiques et débats d’experts
Les énigmes qui entourent la vie et la mort de Jésus ont-elles des enjeux susceptibles de provoquer ces meurtres atroces ?

**********

Eliette Abecassis - Qumran

Un roman d’aventures et de la réflexion sur les religions. L’enquête ramène sans cesse aux textes anciens, balaie plus de 5 000 ans d’Histoire avec une érudition extraordinaire. Trois années de recherche ont été nécessaire pour ce best-seller traduit en 18 langues.
La découverte des manuscrits de la Mer Morte est sans doute la plus sensationnelle découverte archéologique du XXème siècle.

 » Qumran  » est un roman à ne surtout pas confondre avec le
 » Da Vinci Code  » de Dan Brown. Ce livre s’adresse à un autre public.
On y devine l’énorme travail fourni par l’auteur qui a su allier un sujet d’une importance considérable à l’aventure.

Un récit érudit et palpitant, dont l’intrigue se joue sur deux mille ans de l’histoire humaine, un formidable thriller théologique, que ne renierait sans doute pas Umberto Eco. La fin est particulièrement remarquable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :