Eugène Pottier (1816 – 1887)

J’ai faim

J’ai faim ! j’ai faim ! dit le corps,
Je n’ai pas le nécessaire ;
Le ver ronge moins les morts
Que les vivants, la misère.
Quand donc aurais-je du pain ?
J’ai faim, dit le corps, j’ai faim !

J’ai faim ! j’ai faim ! dit l’esprit,
Je ne vais pas à l’école ;
En vain la nature écrit,
On croit l’erreur sur parole.
Quand donc aurai-je du pain ?
J’ai faim, dit l’esprit, j’ai faim !

J’ai faim ! j’ai faim ! dit le cœur,
Et je n’ai pas de famille ;
Mon fils est un escroqueur
Et ma fille est une fille.
Quand donc aurai-je du pain ?
J’ai faim, dit le cœur, j’ai faim !

J’ai faim ! j’ai faim ! dit le tout,
Faim d’amour et de justice ;
Sème ton grain, que partout
La triple moisson jaunisse.
Alors l’homme aura du pain,
Nature n’aura plus faim !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :