Omar Khayyâm (1048 – 1131)

 » En ce monde, contente-toi d’avoir peu d’amis.
Ne cherche pas à rendre durable
La sympathie que tu peux éprouver pour quelqu’un.
Avant de prendre la main d’un homme,
demande-toi si elle ne te frappera pas un jour. « 

 » Bois. Tu devras sous terre dormir plus que ton content
Sans compagne et sans confrère, camarade ou confidents.
Il est un profond secret qu’il ne faut dire aux profanes :
La tulipe qui se fane ne refleurira jamais.  » 

 » De temps à autre se lève un qui clame : Me voici !
Il déploie monts et merveilles : le grand homme que voici !
Et quand il a réussi sa petite affaire, un jour
La mort surgit à son tour qui murmure : Me voici ! « 

 » Hier est passé, n’y pensons plus
Demain n’est pas là, n’y pensons plus
Pensons aux doux moments de la vie
Ce qui n’est plus, n’y pensons plus « 

Omar Khayyâm (1048 - 1131)

 » Je veux boire tant et tant de vin
que l’odeur puisse en sortir de terre quand j’y serai rentré,
que les buveurs à moitiés ivres de la veille qui viendront sur ma tombe
puissent, par l’effet seul de cette odeur, tomber ivre-morts. « 

Omar Khayyâm (1048 - 1131)

Un rossignol, ivre d’amour pour la rose, étant entré dans le jardin et voyant les roses et la coupe de vin souriantes, vint me dire à l’oreille, dans un langage approprié à la circonstance : Sois sur tes gardes, ami, et n’oublie pas qu’on ne rattrape pas la vie qui s’est écoulée. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :