Métamorphose (La) – Franz Kafka

Franz Kafka

Le personnage principale de la Métamorphose, Gregor Samsa, représentant de commerce faisant vivre son père, sa mère et sa sœur, employé, fils et frère modèle, se transforme un beau matin en gros insecte. Enfermé dans sa chambre par sa famille pour qui il est un objet de dégoût et de honte, il se fait nourrir par sa soeur. Gregor se trouve peu à peu abandonné : sa chambre vidée de ses meubles devient un débarras, on le nourrit irrégulièrement.
Parallèlement à cette déchéance, le père recouvre la force physique et morale qu’il avait perdue et la sœur, auparavant timide et douce, s’affirme avec force.
Après avoir provoqué le départ des locataires que sa famille hébergeait pour gagner un peu d’argent, Gregor, blessé par son père, sent qu’il nuit aux siens et se laisse mourir…

Franz Kafka

**********

Cette nouvelle, divisée en trois chapitres, se présente comme une tragédie au quotidien, mettant en scène des personnages de classe, d’intelligence et de niveau culturel moyen, uniquement préoccupé par leur condition matérielle. Le récit s’organise suivant les perceptions de Gregor, pur réceptacle recueillant les informations grâce aux conversations surprises à travers la porte de sa chambre, dans une absence total de réflexion et de volonté de changer son destin.

Le discours essentiellement narratif, entrecoupé de quelques monologues et dialogues, est fait de simples notations d’où est absente toute charge émotionnelle, ce qui permet d’introduire logiquement dans le quotidien, le monstrueux et le fantastique.

La métamorphose monstrueuse peut se lire de diverses manières : exclusion de l’individu faible ne réussissant pas à s’adapter au monde matérialiste et inhumain ; ou bien la fuite dans la folie et le suicide d’un être étouffé par son  » surmoi « .

En effet, la métamorphose représente le refus de Gregor de continuer à s’échiner pour la famille. Il abandonne avec sa métamorphose la façade du voyageur de commerce surmené et fait remonter à la surface une tendance plus profonde et cachée. Il se retire, inconsciemment d’ailleurs, sur un lit de paresse, et laisse les autres l’entretenir. La métamorphose fonctionne pratiquement comme une fuite devant la responsabilité, le travail et le devoir. 

**********

Franz Kafka

Cette nouvelle est parue en 1915 et a contribué à faire connaitre Kafka en France dès 1928.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :