Fahrenheit 451 – Ray Bradbury

Ray Bradbury - Fahrenheit 451

Montag est pompier Son casque et la manche de son uniforme portent le nombre 451 : température à laquelle un livre se consume. Il vit mécaniquement dans une société dictatoriale robotisée où la lecture est interdite et le bonheur  » obligatoire « .
Spectatrice assidue d’une télévision omniprésente, son épouse Mildred est une citoyenne modèle.

Ray Bradbury - Fahrenheit 451

 Montag croise l’idéaliste Clarisse McClellan et, lors d’une mission en compagnie du capitaine Beatty, il  » s’éveille  » : une vieille femme refuse de quitter ses livres et se laisse brûler parmi eux.

Montag cache ces objets proscrits et devients dès lors un dangereux criminel. Un intellectuel retraité, Faber, va l’aider à donner un sens à son existence. Son épouse, Mildred dénonce son mari. Montag doit brûler sa propre maison et s’enfuit.
Traqué, il retrouve un groupe d' »hérétique  » ayant tous mémorisé les pages d’un auteur. L’univers de Montag est anéanti par une guerre nucléaire. Avec ses nouveaux compagnons et leur savoir, il espère reconstruire un monde meilleur.

Ray Bradbury - Fahrenheit 451

**********

 Ray Bradbury est connu comme le poète de la science-fiction. Son propos dans Fahrenheit 451 n’est pas seulement de nous éblouir ou d’étourdir par les sortilèges de l’imagination. Le livre ne se borne pas à distraire, il inquiète, mais avec tant de discrétion et de pudeur qu’un lecteur pressé peut oublier d’entendre le message qu’il transmet sous les formes modernes et les visages froids d’une civilisation technomécanicienne avancée. Trop avancée…  Les abus du progrès scientifique ( dans les domaines de la communication ou des transports ) et la déshumanisation qu’ils entraînent amènent Bradbury, non pas à proférer une condamnation, mais à pousser un cri d’alarme indigné. Ici il s’oppose avec son héros à la destruction des livres. 

Ray Bradbury nous lance ici, dans le portrait d’une civilisation en décadence, un avertissement puissant. En effet, au contraire de nombreux romans d’anticipation, ici, c’est la société qui refuse de lire, de s’informer, de réfléchir, d’observer et de s’intéresser au monde,… bref qui s’opprime elle-même.


Ce livre très agréablement écrit peut se relire à n’importe quel moment de la vie : sa beauté formelle reste époustouflante et sa clairvoyance fera toujours peur. Il peut nous aider à nous réveiller à tout âge. C’est ce qui en fait une œuvre qu’il ne faudra jamais brûler dans nos esprits.
Ce livre a sa place dans toutes les bibliothèques, au-delà des genres et du temps. Un incontournable quand on aime les livres et la lecture. Et en cadeau, un vrai bonheur de lire ces pages.

**********

Ray Bradbury - Fahrenheit 451

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :