Alexis Zorba – Nikos Kazantzaki

Nikos Kazantzaki - Alexi Zorba - Grèce

Nous savons comment Kazantzaki s’est mis à écrire l’histoire d’Alexis Zorba, puisqu’il l’a raconté à la fin du roman. En 1917, en effet, avec un ami de rencontre appelé Georges Zorba, le romancier avait entrepris l’exploitation d’une mine de lignite de l’extrême sud du Péloponnèse. Vingt-cinq ans plus tard, Kazantzaki éprouva le besoin de raconter cet épisode de sa vie, transposé en Crète. Sur un trame très simple, le roman est d’abord l’histoire de deux personnages, le narrateur et Zorba, aux prises avec une série d’aventures, truculentes et dramatiques, bouffonnes et tragiques : la construction du téléphérique, les amours de Zorba et de Madame Hortense, le mystère de la veuve accusée d’un meurtre qu’elle n’a pas commis, l’incendie d’un monastère, etc…

 Le premier des deux personnages principaux, l’écrivain a lu tous les livres, sauf le livre de la vie. Le second incarne l’homme libre, l’aventurier de la vie, une force de la nature, un être chaleureux et inculte, toujours prêt à chanter, à danser, à jouer du santouri et à aimer. A son contact, et pris dans le tourbillon de leurs aventures, l’intellectuel se transforme peu à peu ; il prend gout au pain et au vin, il laisse la folie bousculer sa vie. Tout séparait ces deux hommes et finalement tout va les réunir, dans une danse exécutée avec chaleur et passion sur le rivage crétois. Mais comme l’eau et le feu, l’écrivain et le l’homme d’action se séparent à la fin du roman, inchangés, car l’intellectuel n’a pas réussi à sortir « de la carapace confortable de la prudence et de l’habitude ».

**********

Nikos Kazantzaki - Alexi Zorba - Grèce

 Ainsi Kazantzaki fait le procès des livres et des intellectuels, et il livre au lecteur la contradiction irréductible de sa personnalité partagée. Lorsque l’écrivain suggère à Zorba de fixer sur papier ce qu’il a comprit des grands problèmes humains, celui-ci répond :  » Moi, je les vis, ces secrets là….Tous ceux qui vivent les secrets n’ont pas le temps, et tous ceux qui ont le temps ne vivent pas les secret. »

Un petit chef-d’œuvre ou la poésie et la philosophie font merveille. A (re) découvrir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :