Auberge (L’) de la Jamaïque – Daphné Du Maurier

Daphné Du Maurier - L'Auberge de la Jamaïque

Au XIXe siècle, devenue orpheline du jour au lendemain, Mary Yellan par vivre chez sa tante Patience, seul membre de sa famille encore vivant. Celle-ci a épousé un aubergiste qui vit avec lui loin de tout sur la route de Launceston, en Cornouailles. Dès son arrivée, Mary découvre que l’ « Auberge de la Jamaïque » a si mauvaise réputation dans le pays que les rouliers ne s’y arrête même plus. Intriguée et inquiète, Mary cherche à comprendre pourquoi le seul nom de l’établissement suffit à faire jaillir un éclair d’horreur dans le regard de ses interlocuteurs. Elle ne tarde pas à découvrir que son oncle, l’ivrogne Joss Merlyn, est à la tête d’un important réseau de contrebande. Hélas, les activités de la bande ne se limitent pas à ces hauts faits, Mary l’apprendra à son détriment lors d’une sombre nuit de Noël. Ce soir-là, elle comprendra enfin pourquoi sa tante, autrefois si vive et si gaie, est devenue cette pauvre femme à demi idiote…

**********

Daphné Du Maurier - L'Auberge de la Jamaïque

Ce roman d’action, au suspense haletant, au rythme trépidant, est dominé par la personnalité intrépide de son héroïne, Mary Yellan. Se riant des coups et des tortures morales que lui fait endurer son oncle, elle ne cessera jamais de lutter pour que la justice triomphe et pour que l’ordre revienne à « L’Auberge de la Jamaïque ». La jeune fille personnifie le Bien, frêle mais résolu, combattant le Mal incarné par la rude stature de Joss Merlyn. Cette histoire présente aussi l’originalité de se dérouler au XIXe siècle et en Cornouailles, d’où l’évocation de l’univers de la contrebande, mal connu et depuis longtemps disparu.

Les relations ambiguës qui s’établissent entre Mary et deux jeunes hommes viennent renforcer l’étrangeté de la situation. Jen Merlyn, le frère de l’aubergiste, est voleur de chevaux ; Francis Davey, l’albinos, est vicaire. Mais tous deux ne présentent-ils pas au monde une image tronquée de ce qu’ils sont réellement ?

La romancière anglaise Daphné Du Maurier est morte dans le village de Par, en Cornouailles. Elle était âgée de 81 ans. Elle était une de ces merveilleuses vieilles femmes anglaises ayant écrit des livres si définitivement passés à la postérité avant de s’évader dans quelque campagne brumeuse et battues par les vents, qu’on ne sait plus très bien si elles sont encore de ce monde ou si elles ont déjà rejoint leurs personnages dans l’imagination et le souvenir de leurs lecteurs. 

Soyons résolument nostalgiques, et, aux yeux de certains, ringards : le manoir de Manderley, en Cornouailles, la terrible Mme Danvers qui ne cesse d’empoisonner la vie de la nouvelle femme de Maxime de Winter ave le souvenir de l’ancienne, Rebecca.

Tandis que le roman anglais traitait de l’engagement politique et du totalitarisme des formes de société et des religions, Daphné Du Maurier produisait une succession de romans parfaitement traditionnels, qui avaient pour ingrédients principaux l’amour, l’aventure, la nostalgie et le suspense. 

Daphné Du Maurier - L'Auberge de la Jamaïque - (R-U)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :