Imperium – Robert Harris

De toutes les grandes figures de l’époque romaine, aucune n’était plus fascinante ou attrayante que Marcus Cicéron. Avocat et orateur brillant, esprit et philosophe réputé, il se lance à 27 ans dans le monde violent et perfide de la politique romaine. Cicéron était déterminé à atteindre l’impérium, le pouvoir suprême de l’Etat.  

L’impérium est le pouvoir que l’on attribue à une personnalité pour diriger la cité, dans l’antiquité. Juste après le roi, l’empereur, dans la Rome antique, les consuls étaient dotés, dudit pouvoir. Ce livre nous raconte l’ascension de Marcus Cicéron vers l’impérium. 

Une quête en trois étapes qui commence par l’arrivée d’un sicilien, Sthenius, un riche propriétaire dépossédé de ses biens par le gouverneur Gaius Verrès. La particularité de cette partie est la plaidoirie en appelant les témoins à la barre. L’histoire nous dit que c’est Cicéron le premier à l’avoir mis en place. 

Il fait ensuite alliance avec Pompée afin de lui permettre d’avoir les pleins pouvoirs qui lui permettront de mener la guerre à l’Est de Rome. Pour y arriver, il va feindre de travailler avec les détracteurs de Pompée avant de les humilier devant le sénat.

Cette histoire se termine par la dénonciation d’un complot contre la classe aristocratique de Rome. L’ascension de Cicéron au pouvoir suprême clôture ce livre d’une richesse indéniable.

Cette ascension nous est contée par Tiron, son esclave. Homme accomplit, Tiron fut l’inventeur de la sténographie et l’auteur de nombreux livres, dont une biographie de Cicéron malheureusement perdue. Il aurait inventé un système
de 1 100 signes dits « notes tironiennes » pour transcrire les discours de Cicéron.

De retour d’un voyage à Athènes, Cicéron lui demande d’adapter les « notes grecques », une méthode d’écriture abrégée dont l’auteur, Xénophon, se serait servi pour transcrire les discours de Socrate. Tiron invente alors un système personnel qu’il utilise pour transcrire les discours et plaidoiries prononcé par Cicéron devant le sénat et les tribunaux romains.

Tiron déclarera : « Cicéron était unique dans l’histoire de la république romaine en ce qu’il a poursuivit le pouvoir suprême sans ressources pour l’aider en dehors de son propre talent… Tout ce qu’il avait était sa voix, et par un simple effort de volonté, il en a fait la voix la plus célèbre du monde. » 

Richard Harris nous décrit une Rome extrêmement violente, où l’argent permet d’acheter les jurés lors des procès et des électeurs lors des scrutins.   

Le pouvoir est au centre de ce livre. Un pouvoir fragile qui demande constamment que l’on soit sur ses gardes face aux appétits des généraux et aux alliances secrètes d’hommes avides de pouvoirs et de dominations. L’impérium convoité est un pouvoir de vie et de mort que donne l’élection à un poste de magistrat supérieur. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :