Lettre (La) écarlate – Nathaniel Hawthorne

Nathaniel Hawthorne - La Lettre écarlate - Amérique

Hester Prynne quitte l’Angleterre pour l’Amérique pendant la période du colonialisme, c’est-à-dire à un moment où le puraitanisme se montre très intransigeant. Son mari la rejoindra plus tard. Elle y met au monde une petite fille, Pearl, dont le père est Arthur Dimmesdale, jeune pasteur respecté de Boston. Condamnée à porter, cousue sur sa poitrine, une lettre rouge qui rappelle à chacun sa faute, Hester refuse de livrer l’identité de son amant et celui-ci n’ose avouer son délit. Or le mari d’Hester arrive le jour où elle et mise au pilori pour sa faute ; il décide de cacher son identité pour mener son enquête et découvrir l’amant de sa femme ; très vite il le trouve mais, en qualité de médecin, il s’applique à le tourmenter, à accuser son remords. Hester adopte une conduite pure et droite. Elle révèle enfin à Dimmesdale l’identité de son persécuteur et l’incite à quitter l’Amérique avec elle et leur enfant. Mais le mari s’acharne sur le pasteur… 

**********

Nathaniel Hawthorne - La Lettre écarlate - Amérique

 Publié en 1850 aux Etats-Unis, il est considéré comme le premier grand roman du continent américain et il parvient, 150 ans plus tard à nous émouvoir et à faire résonance.

La lettre « A » est le signe de l’adultère commis par Hester Prynne et l’instrument de la punition qui lui a été infligée lors de son jugement public au cours du chapitre II. Elle doit la broder sur son corsage et la porter à la vue de tous. Cette « marque d’infamie » va petit à petit faire partie intégrante d’Hester Prynne jusqu’à devenir un élément de reconnaissance aux yeux des villageois dont la haine va évoluer au fil du roman en respect, face aux actes de charité et aux travaux de couture exercés par Hester. La lettre écarlate finit donc par devenir un symbole d’humilité et de générosité.

**********

Hawthorne choisit d’examiner les conséquences psychologiques de l’adultère sur trois protagonistes : la femme, l’amant et le mari trompé qui choisit comme mode de vengeance une souffrance durable, la sienne et celle de Dimmesdale. Dimmesdale se condamne par ses faiblesses : il vit seul sa tragédie. Quant à Hester, elle vit un martyr qu’elle transcende en élevant avec fierté et noblesse sa fille.

Une histoire banale aujourd’hui mais écrite d’une manière extraordinaire. Ce livre est certainement l’un des plus grand roman sorti du continent américain.
« Hawthorne se situe dans le courant de la littérature gothique née en Angleterre par son gout des destinées, par la dimension cosmique qu’il donne aux symboles, par la conscience d’une puissance occulte qui conduit à la déchéance, par la grandeur qu’il donne aux objets » (Jean Normand)

Nathaniel Hawthorne - La Lettre écarlate - Amérique

Hawthorne décrit à merveille le contexte de l’époque avec ses règles sociales rigides et ce qu’il en coûte de les transgresser mais que dire de son écriture extrêmement riche et de ses phrases sublimes. Car une grande partie de la beauté de ce livre tient dans l’écriture de Hawthorne, une écriture très belle et imaginative. Car l’écrivain nous décrit autant le réel que l’irréel avec une force et une puissance narrative bouleversante. Ses phrases sont de pures merveilles et rendent compte de l’immense talent de cet homme doué d’une force imaginative qu’il a mise au service de son écriture pour le plus grand bonheur de ceux qui ont la chance d’ouvrir et de lire ce livre inoubliable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :