Paul et Virginie – Bernardin de Saint-Pierre

Bernardin de Saint-Pierre - Paul et Virginie

Deux cabanes au bord de l’eau, sur le rivage de l’île de France, aujourd’hui l’île Maurice…
C’est là qu’ont grandi Paul et Virginie. Leurs mères, rejetées par la société, ont jadis trouvé refuge en ce paradis. Depuis ce jour, ils vivent ici le plus simplement du monde, en parfaite harmonie avec la nature qui les entoure. Ils se nourrissent de mangues, de papayes, de goyaves, s’offrent des bouquets exotiques et se reposent à l’ombre du lilas de Perse…
Ils n’ont qu’à tendre les mains pour cueillir le bonheur. Pourquoi conquérir ailleurs ce qui leur est ici offert ?
Mais l’horizon s’assombrit… Leur amour est menacé. L’hypocrisie, la jalousie, la cupidité du monde civilisé les rattrapent. Tels de nouveaux Adam et Eve, les voilà chassés de ce merveilleux Eden. Arrachés l’un à l’autre… Séparés à jamais par les flots d’un océan déchaîné.

**********

Bernardin de Saint-Pierre - Paul et Virginie

Comme Roméo et Juliette ou Tristant et Iseult, Paul et Virginie sont les personnages symboliques d’un amour parfait.
Ce roman, réécrit plusieurs fois pour atteindre la perfection, est définitivement édité en 1787.
Un classique littéraire très court et une des meilleure histoire d’amour jamais écrite.

Outre l’extrême beauté de la langue, Bernardin de Saint-Pierre nous offre une description de la nature luxuriante de l’île Maurice et l’éloge de la vie simple et pauvre au « milieu du sauvage ». Un roman de la passion impulsive et des vraies valeurs de la vie dans la nature, dans la bonté et dans l’amour, loin des turpitudes des intriques de la cours. L’opposition nature bonne et société corrompue est bien rendue

Le dame nous est conté par un vieux sage qui conseille Paul avec pertinence. Une histoire qui pourrait vous faire pleurer à chaque page. Un des plus beau roman sentimental de tous les temps.

Ce roman, très court, est une pure merveille !
Un vrai tableau de la vertu, touchant et édifiant.
Un bol de parfums et de sentiments purs!

CITATION

Le parfum de mille roses ne plaît qu’un instant ; mais la douleur que cause une seule épine dure longtemps après sa piqûre.

Bernardin de Saint-Pierre - Paul et Virginie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :