Religieuse (La) – Denis Diderot

Diderot - La religieuse

Suzanne n’a pas dix-sept ans lorsque ses parents la forcent à entrer au couvent de Sainte-Marie pour y faire son noviciat. Ni les cris ni les larmes ni le désespoir de la jeune fille n’entameront la détermination de ses parents. On ne néglige rien pour la convaincre : évêques, prêtres, curés de toutes sortes se succèdent auprès d’elle pour obtenir son consentement. En vain. C’est donc sous la contrainte, au cours d’une cérémonie clandestine et dans un état de semi-conscience que Suzanne fait vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, au couvent de Longchamp.

 Le naturel franc et intègre de cette jeune religieuse sans vocation lui vaut très vite l’aversion de sa supérieure. Conduite par celle-ci, toute la communauté se ligue bientôt contre la religieuse insoumise et s’applique à lui rendre la vie impossible. Punitions, ordres incompatibles, régime du pain sec et de l’eau, cachot… supplices physiques et moraux peuplent ses jours et ses nuits, qui ne sont plus que succession de tourments et de tortures subtiles comme peuvent l’être celles qui naissent dans des esprits desséchés et mesquins. Tant de cruauté, ajoutée aux exigences multiples et drastiques de la vie communautaire, ne tarde pas à réveiller sa soif de liberté.

Ayant obtenu de Rome la permission de Rome de réclamer contre ses vœux, elle perd cependant son procès. Transférée au couvent de Saint-Eutrope, elle tombe sous la coupe d’un supérieure libertine qui s’éprend de sa nouvelle recrue et la poursuit de ses assiduités. Suzanne, qui ne supporte plus du tout sa vie de prisonnière, parvient finalement à s’évader et entre au service d’une blanchisseuse. Elle y est mal nourrie, mal logée, mal couchée, mais en revanche traitée avec humanité.

**********

L’histoire est inspirée de celle d’une religieuse de Longchamp nommée Marguerite Delamarre, qui avait fait parler d’elle dans les salons en 1758, pour avoir écrit à la justice, demandant d’être libérée du cloître où ses parents l’avaient enfermée. En effet, elle est l’enfant illégitime entre sa mère et un autre homme que son père. De peur d’aller en enfer, sa mère, par un chantage affectif, la persuade d’aller dans ce couvent. Diderot critique, ici, un précepte de la Bible selon lequel les enfants paieront pour les crimes de leurs parents.

Diderot écrivit La Religieuse en 1760, mais le livre ne sera publié qu’en 1796. L’homme de l’Encyclopédie, rationaliste convaincu, eut de nombreux démêlés avec l’Eglise catholique. Critiquant la religion chrétienne, il s’en prenait au Dieu de la Bible, à la révélation, aux miracles, à l’ensemble de la hiérarchie ecclésiastique. Dieu était pour le philosophe  » un Être dont je n’ai pas la moindre idée « , un Être difficile à admettre « .

Quoi qu’il en soit, Diderot, audacieux mais généreux d’esprit et de cœur, ne se fit pas que des ennemis. Nombreux furent ceux qui reconnurent en celui qui mettait en question tous les préjugés un défenseur des libertés et du bonheur pour tous :  » Il fut le meilleur des hommes dans le meilleur des siècle… Il aimait les hommes et les œuvres pacifiques des hommes.  » Disait de lui l’écrivain Anatole France.  


**********

Diderot - La religieuse
Diderot - La religieuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :