Ruy Blas – Victor Hugo

Don Sallustre, exilé par la reine d’Espagne pour avoir séduit et refusé d’épouser une suivante, ne songe qu’à se venger. Ayant surpris l’amour que porte son laquais, Ruy Blas, à a reine, il décide de le faire passer pour son cousin, don César de Bazan, et de l’introduire à la cour. Ruy Blas, gagnant les faveurs de la reine, gravit très rapidement les échelons, devenant premier ministre, mais surtout amant de cette dernière. Tout d’abord ravi parle bon déroulement de son plan, don Salluste déchante vite lorsqu’il s’aperçoit que Ruy Blas, s’employant aux affaires de l’Etat, se prend à son personnage et acquiert de ce fait une grande popularité. Il intervient alors, se servant du nom de don César pour donner rendez-vous à la reine, à qui il dévoile toute l’intrigue, la sommant d’abdiquer et de partir avec don César. Cependant ce dernier révèle sa véritable identité à l’instant où la reine va signer…    

**********

Ruy Blas est une œuvre remarquable, même si l’action est pour le moins invraisemblable. Seul drame de Victor Hugo, avec Hermani, Ruy Blas doit son succès à son style éclatant. Hugo, qui revient au vers après avoir écrit trois drames en prose, impose dans cette pièce sa conception de la dramaturgie où il prônait un « vers libre, franc, loyal, osant tout dire sans pruderie ». Dans cette pièce révolutionnaire par son sujet, Hugo est fidèle à ses ambitions de dramaturge. Il veut un théâtre populaire, humain, naturel. Le valet, ainsi revêtu des habits du maitre, triomphe à la cours, bafouant et ridiculisant la hiérarchie, proclamant la victoire du peuple.   

 La préface de Ruy Blas définit le drame par sa capacité à satisfaire ensemble trois sortes de public : 

 » Trois espèces de spectateurs composent ce qu’on est convenu d’appeler le public : premièrement les femmes ; deuxièmement, les penseurs ; troisièmement, la foule proprement dite. Ce que la foule demande presque exclusivement à l’œuvre dramatique, c’est l’action ; ce que les femmes y veulent avant tout, c’est la passion ; ce qu’y cherchent plus spécialement les penseurs, ce sont les caractères. » 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :