Vouivre (La)

Vouivre

Les vouivres ont une double apparence ; tantôt elle se montrent sous la forme d’une splendide naïade, reconnaissable à l’escarboucle qu’elle porte au front, et tantôt sous la forme d’un dragon ou d’un serpent ailé.

Lorsqu’elle se baigne, la vouivre cache dans l’herbe ou dans le creux d’un rocher sa précieuse escarboucle avant de plonger dans l’onde. Le mortel qui parvient à dérober l’incomparable bijou sans se faire surprendre par la vouivre devient riche et puissant.

Mélusine, la fée du Poitou qui chaque samedi voyait le bas de son corps transformé en queue de serpent, et qui se métamorphosa en serpent ailé le jour où elle fut surprise en cet état par son époux qui était venu l’épier dans son bain, doit sans doute être autant considérée comme une vouivre que comme une fée ou une Dame blanche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :