Abracadabra

Abracadabra

Ce mot magique, qui viendrait de l’Hébreu  » envoie ta foudre jusqu’à la mort  » , servait à protéger des maladies et à guérir la fièvre : on suspendait autour du cou un parchemin vierge sur lequel les lettres étaient disposées de manière à former un triangle inversé.

Abracadabra

Cette disposition est censée  » diriger vers le bas les énergies d’en haut que le talisman prétend capter. C’est donc à trois dimensions qu’il faut voir cette figure ; elle représente alors un entonnoir où les lettres magiques, courant en biais du haut évasé vers le bas qui s’étrangle, forment les lignes de force d’un puissant tourbillon ; malheur aux forces mauvaises qu’il happe : elles disparaissent à jamais hors du monde diurne vers l’abîme d’où rien ne remonte « 

La formule, en usage dans l’ancienne Perse et en Syrie, était particulièrement vénérée durant tout le moyen Age. Le mot
 » abracadabra  » était utilisé également  » dans toutes les prières chrétiennes contre le mauvais oeil et la fascination « 
On prétendait aussi qu’il pouvait favoriser les rencontres avec le diable pour ceux qui le souhaitent.

                            Extrait de  » Le livre des superstitions  » de Eloise Mozzani

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :