John Ernest Bode (1816 – 1874)

Les Cloches du Village.



Doucettement la cloche du Dimanche
À notre oreille infiltre son appel,
En nous disant de sa voix franche :
“ La maison du Seigneur est la porte du ciel.
Enfants de Dieu, venez à votre Père
Apporter votre humble prière,
La prière faite au saint lieu
Est toujours agréable à Dieu ! ”

Lugubrement oyez ! la cloche tinte,
Son triste glas vient assombrir nos cœurs,
Alors qu’une vie est éteinte,
Et qu’un de nos amis part pour aller ailleurs !
C’est un avis que le ciel nous envoie,
Pour mater un trop plein de joie ;
Et dire à notre souvenir
Homme ! dans peu tu dois mourir !

Aussi souvent que les voix de la brise
À notre cœur viendront parler du ciel,
Ô saintes cloches de l’église
Puissions-nous obéir à votre doux appel !
Pour que là haut, dans sa miséricorde,
Le Seigneur Jésus nous accorde
Quand luira notre dernier jour,
Tous les trésors de son amour !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :