Symbolique du singe

Au nombre des caractéristiques des singes, Pline l’Ancien note la ressemblance de ses traits avec
ceux de l’homme et son habitude de l’imiter. Le singe est depuis toujours mal considéré justement parce qu’il
a l’air d’une caricature humaine. Les bestiaires médiévaux l’associent à la figure du diable et au mal,
en soulignant ses conduites et ses attitudes irrévérencieuses, inconstantes ou capricieuses.
Dans l’iconographie médiévale, son image évoque en particulier l’hérésie et l’idolâtrie, celle-ci étant
figurée sous l’aspect d’un homme qui adore un singe. 

En outre, dans les représentations des cinq sens, le goût peut être figuré par un singe qui croque des fruits,
et, dans les représentations des humeurs, le singe peut symboliser le tempérament sanguin.
Conformément à la conception selon laquelle l’artiste imite la nature, le singe est utilisé justement
comme emblème de peinture et de la sculpture, et il est représenté s’efforçant de peindre une figure
féminine ou de sculpter une statue. Cette caricature finit peu à peu par s’appliquer aussi aux autres
activités de l’homme et le singe est représenté faisant de la musique avec divers instruments, jouant
aux cartes ou se livrant à d’autres occupations typiquement humaines. Ces parodies sont particulièrement
goûtées des peintres flamands du XVIIe siècle.   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :