Archipel (L’) en feu – Jules Verne

L’action se passe en 1827 dans l’archipel égéen, qui est en proie à de violents affrontements entre les Grecs et les Turcs. Les premiers sont soutenus dans leur combat par les philhellènes. Nicolas Starkos, lui, est un Grec de naissance, mais alors que sa mère est farouchement dans le camp des défenseurs de la Grèce, lui est passé dans le camp ottoman. Il est même devenu un redoutable pirate, qui se fait surnommer Sacratif et sème la terreur dans l’archipel. Starkos vise à se marier avec Hadjine, la fille de son banquier, Elizundo. Mais la belle est déjà promise à Henry d’Albaret, un fringant officier de l’armée française Philhellène de surcoit ;  ce mariage annoncé entre Henry et Hadjine est un mariage d’amour, les deux tourtereaux s’aiment vraiment. Mais voilà, Elizundo est riche, Starkos le sait, et pour obtenir cet argent, tout lui sera bon…

**********

Cette grande épopée conduit les lecteurs aux quatre coins de la Grèce côtés de navigateurs Grecs et Français en prise avec les Turc contre lesquels la guerre d’indépendance a débuté.

Publié en 1884, plus de cinquante ans après la fin de la guerre d’indépendance, et aussitôt traduit en grec, le roman suscite une vive réaction en Grèce. 

Fait notable : l’intrigue débute dans la mystérieuse région du Magne, à l’extrême sud du Péloponnèse, terre des vendettas familiales et de la lutte acharnée contre l’occupant Ottoman. La publication du roman déclencha une controverse. En effet, les habitants du village mariote de Oitilos ne goûtèrent que très peu le fait que le romancier Français fit de l’un de leurs habitants un personnage s’accommodant du joug Ottoman en commerçant avec opportunisme. Lorsqu’il est publié en feuilleton dans le quotidien athénien Kairi (Le Temps), les habitants d’Oïtylos rédigent une pétition-manifeste pour exiger l’arrêt de la publication   

L’intrigue traverse la Grèce du Nord au Sud et d’Est en Ouest, mêlant batailles navales, faits historiques, piraterie, vengeances familiales et histoire d’amour. Ce roman n’a eu qu’un succès limité avec dix fois moins d’exemplaire vendu que  » Le Tour du monde en 80 jours  » ou  » 20 000 lieues sous les mers « . 

Un court roman remarquable qui se lit d’une traite ou presque qui regorge de suspense

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :