Fans (Les) de l’Armageddon

L’humanité a toujours été obsédée par des prédictions selon lesquelles le monde touchait à sa fin. De sources aussi diverses que prémonitions instinctives de désastres proches causés par des comètes ou des éclipses, jusqu’aux plus complexes des interprétations linguistiques de la prophétie biblique aussi bien que l’analyse mathématique de l’orientation géographique des couloirs de la Grande Pyramide, beaucoup de temps, d’efforts et d’émotion ont été consacré à ce sujet

Avant 1945, il était possible de concevoir la fin du monde simplement comme le résultat d’une catastrophe naturelle d’ordre cataclysmique, ou comme l’intervention directe de Dieu. Maintenant, nous avons de quoi nous annihiler nous même, et la prophétie biblique, aussi bien que les prophéties dérivées des diverses apparitions de la Vierge Marie ont été adaptée à ces données nouvelles. D’une étrange manière, l’Homme, le Christ et l’Antéchrist sont supposé devoir coopérer pour nous offrir le meilleur et le pire du futur : la Tribulation et le Millénium. 

Il et vraiment trop facile de parler seulement de « fin du monde » comme si nous devions tous disparaitre d’un seul coup de balai, triés en on et mauvais et dirigés selon ce critère vers le Paradis ou l’Enfer. On prétend que, pour la plupart d’entre-nous, un minimum de sept terribles années nous attend ;c’est du moins ce que prétendent la plupart des écrivains et interprètes prophétiques des deux côtés de l’Atlantique. Voyons donc ce qui nous est réservé pendant ces sept ans, et si, par hasard nous devons y survivre.   

Les prophètes admettent généralement qu’un considérable partie de l’humanité – sans doute un minimum de 144 000 personnes – aura à subir nombre de calamités. On prétend qu’elles disparaitront soudain, sans avertissement, de la surface de la Terre. 

Cet événement connu sous le nom de « Ravissement » – ce qui signifiait originellement : acte de transporter soit en esprit soit en chair et en os -, est prédit dans un grand nombre de passage particuliers de la Bible : le plus important est dans l’Epître aux Thessaloniens IV, 15 à 17 :

« Car je vous le dit au nom du Seigneur, nous qui sommes éveillés et attendons la venue du Seigneur, nous ne pouvons pas prévenir ceux qui dorment. Car le Seigneur lui-même descendra du Ciel avec un cri, avec la voix de l’archange, et avec la trompe de Dieu : et la mort en le Christ arrivera d’abord. Ensuite nous qui sommes éveillés et attendant seront transportés avec eux dans les nuages, pour rejoindre le Seigneur dans le Ciel : et ainsi nous seront toujours avec le Seigneur. » 

Dans l’Epitre aux Corinthiens , XV, 50 à 53, est noté le même processus :

« Maintenant je vous dis, mes frères, que la chair et le sang ne gagneront pas la royaume de Dieu. Ni la corruption n’engendrera l’incorruption. Tenez, je vous montrerai un mystère ; nous ne mourrons pas, mais nous seront changé, en un moment, en un clin d’œil, au dernier coup de trompe : car la trompette sonnera, et les morts se lèveront, incorruptible, et nous seront changé. Car le corruptible se transformera en incorruptible et le mortel en immortel. »

Il y eut, bien sur, des interprétations sans nombre de ces mots, et elle continuent. Des récits de fictions abondent : avions perdant subitement leurs pilotes ; foules entassées dans des voitures qui se retrouvent brusquement vides ; maris stupéfaits par la disparition de leurs femmes. Aucun ne précise quand le Ravissement doit arriver, si ce doit être pendant la Tribulation ; mais on s’accorde généralement pour dire qu’il se produira avant.   

Le problème est de savoir si les bébés et les jeunes enfants, compte tenu de leur innocence totale, seront entrainé dans le cataclysme. Mais le principe de base est simple : les membres de la « véritable Eglise », les chrétiens absolus, seront instantanément transformés, sur le plan physique et humain, en une forme sous laquelle ils pourront gagner le ciel et s’établir quelque part dans l’atmosphère. C’est le genre de propos qui rend insignifiants le plupart des événements paranormaux prévus. 

Les commentateurs essayent maintenant d’éviter les dates spécifiques par peur de se tromper. Mais, pour beaucoup, le Ravissement est vraiment l’événement annonçant le « commencement de la fin ». A partir de ce moment, il semble qu’il y ait un compte à rebours rigoureux et une inévitable succession d’événements terrifiants, bien que les opinions diffèrent quant à leur ordre précis d’apparition. Nous avons déjà vu qu’un chef de pouvoir immense est attendu, issu de l’union de dix royaumes. Vers l’époque où le Ravissement aura lieu, il sera bien près de dominer le monde, lequel se trouvera dans une condition épouvantable.

Un livret de bande dessinée : La Dernière Génération, reprend avec un sérieux imperturbable des prédictions de ce genre : la peine capitale sera infligée à ceux qui croient que le Christ est mort pour racheter les péchés de l’humanité ; on ne s’éclairera plus qu’à la bougie par suite d’une pénurie d’électricité ; pour cause de pollution l’eau coutera environ 40 francs le verre. D’autres préfèrent voir ces conditions arriver après le Ravissement, car les vrais croyants en seront préservés. L’Holocauste mondiale à venir, publié par la Croisade de la renaissance de Maranatha, active en Extrême-Orient, a mis en valeur une citation d’Isaïe, IX, 19,20, extrêmement inquiétante et qui n’est pas souvent citée dans les sermons : 

« Par la colère du Dieu des Armées, la Terre sera assombrie, et les gens seront comme le combustible du feu : nul homme ne pourra épargner son frère. Et il agrippera sa main droite, et il aura faim. Et il la mangera de la main gauche, et il ne sera pas rassasié. Et chaque homme mangera la chair de son propre bras. » 

La plupart des interprétations concernant les sept ans de Tribulation dérivent du livre le plus obscure de la Bible : l’Apocalypse selon Saint Jean. Nous ne pourrons en donner que l’interprétation la plus populaire. 

Si le temps des « signes », semblait mauvais, celui de la Tribulation sera bien pire, nous dit-on. Bien que la liste des événements diffère peu suivant les interprétations, l’ordre de leur venue est variable. Cependant il y a deux thèmes principaux. Le premier thème est une accumulation effrayante de souffrances individuelles causées par la guerre, les épidémies, la famine et autres. Elles sont décidées par Dieu à cause de la condition spirituelle de l’homme, mais sont souvent apportée par l’homme lui-même dans la haine et la cupidité. Le second thème est un totalitarisme religieux, politique, militaire et philosophique, d’inspiration satanique, dirigé par l’Antéchrist, avec ses racines dans les « signes » d’internationalisme économique. 

   Le docteur E.L.M. Packer, évangéliste anglais d’un certain renon, expose un résumé des développement politiques. 

 » L’homme tente de résoudre ses problèmes économiques dans l’industrie par des amalgames même internationaux. De même, dans un effort pour répondre aux questions politiques, nous avons le Marché commun. On suggère que cette communauté réclame en fin de compte un chef suprême avec des pouvoirs dictatoriaux. Dans la Bible, le voile est suffisamment levé pour nous donner un aperçu de cet homme à la tête d’une fédération de nations. On l’appelle l’Homme du péché, le Fils de la perdition et la Bête. Il sera le Suprême, au dessus de dix « rois » et de « dix royaumes ». Tout d’abord, il aidera la femme vêtue de pourpre et d’écarlate, qui représente le monde religieux, et ensuite il la détruira. En son honneur, il demandera que les honneurs divins lui soient rendus et que son image soit placé dans le temple de Dieu et partout dans le monde. Son collaborateur sera le Faux prophète (une autre « bête »). Le commerce sera réduit à celui qui portera le signe d’identification de la Bête. Son attitude envers les juifs sera tout d’abord de passer un traité avec eux pour « sept » ans, ce qui couvrira la période de la Tribulation, mais à la moitié de cette période, il rompra le traité et fondra sur les juifs avec une persécutons accrues… » 

Il est important de développer un peu plus deux de ces points. Une opinion commune est que l’Antéchrist, ou la Bête, se révèlera en tant que chef d’état d’importance mondiale après l’échec d’une attaque russe sur Israël, attaque souvent envisagée comme lancée conjointement par les Russes et les Arabes, mais que l’on prévoit dans tous les cas, selon Ezéchiel, XXXIX, 4, comme n’ayant qu’une seule issue possible : 

« Tu descendras sur les montagnes d’Israël, toi et toutes les troupes, et le peuple qui est avec toi : je t’abandonnerai à tous les oiseaux, rapaces, et aux bêtes des champs pour être dévorer. » 

En d’autres mots : Dieu se chargera de la destruction des envahisseurs. Mais pour quelque incompréhensible raison, Dieu permettra à l’Antéchrist de se manifester. Dans l’Apocalypse, XIII, 4, il est dit :

« Et ils adorèrent la Bête, disant : Qui est semblable à la bête ? Qui est capable de lutter contre lui ?« 

La guerre qui établit sa puissance est souvent décrite comme étant la Troisième Guerre mondiale, mais on prédit souvent qu’il y en aura au moins deux de plus.  

Le traité avec les Juifs permettra soi-disant la reconstruction prophétisée du Temple de Jérusalem et la destruction de la Mosquée d’Omar (Le temple du Rocher). La littérature de fin du monde n’est pas plus tendre avec les islamiques qu’avec les catholiques. Une prospérité temporaire s’ensuivra pour permettre à la Bête d’assurer sa position de maître du monde, inaugurant cette sorte d’œcuménisme religieux universel que le mouvement évangélique semble préfigurer. 

  Ensuite, quelques part vers le milieu de ces sept ans, la Bête inventera la « marque de la Bête« , que l’on explique de nos jours par une sorte de code informatique appliqué au laser sur tout être de part le monde pouvant faire du commerce  : sans cette marque, personne n’aura le droit d’acheter ou de vendre nourriture, boisson ou quoi que ce soit d’autre. Ceci ajouté à la prise du Temple de Jérusalem et au massacre des non-adorateurs de l’image de la Bête, est considéré comme étant le dernier achèvement de l’apostasie humaine. Les Juifs survivants se cacheront tandis que les conditions physiques de l’humanité iront se détériorant peu à peu jusqu’à ce que l’Antéchrist décide de les détruire. Alors, dans la vallée de Megiddo ( connue comme Armageddon), en Israël, la bataille finale aura lieu entre les chrétiens qui ses seront convertis depuis le Ravissement et les années de la Bête. Au cours d’une lutte épouvantable, le Christ reviendra – non par les air, mais sur Terre – pour défaire à plate couture les « rois de la Terre » et établir le Millénium terrestre, une période de paix pour mille ans, à la fin de laquelle ceux qui n’auront pas été sauvés auparavant seront jugés par le Seigneur.

L’aspect des souffrances humaines a été volontairement laissé de côté jusqu’au bout, parc qu’il est le plus important. Si l’une ou la totalité des horreurs affligeant le monde survenait, uniquement parce qu’un dieu a décidé qu’elle aurait lieu, cela serait mauvais pour l’image du Dieu d’amour que se fait tout un chacun. 

Les souffrances promises par les prophètes sont presque inimaginables, et comme on peut si attendre elles dérivent presque toutes de l’Apocalypse. Les fléaux dus à la colère divine comprendront l’amertume soudaine du tiers des eaux de la Terre, le changement en sang du tiers des eaux de la mer, la mort d’un tiers des créatures marines et des poissons, une invasion des sauterelles pendant cinq mois, combinée avec une canicule terrible, une pénurie d’eau durant trois ans et demi, la mort de plus de la moitié de la population mondiale et trois guerres nucléaires ! Le tableau n’est que tristesse et noirceur, sans espoir avant la fin de ces sept ans. Mais où est donc passé l’idée de la miséricorde divine ?

Aux Etats-Unis, le Mouvement survivaliste croît avec une rapidité effrayante, cependant que les chrétiens apparemment normaux se groupent en communautés paramilitaires pro-blanches, attendant la guerre nucléaire, la Tribulation ou le soulèvement de la population noire. A l’inverse des convaincus d’Apocalypse, il est difficile de savoir ce qu’ils craignent le plus, mais ils semblent croire que les armes suffiront à éliminer tous leur problèmes. Leur attitude est à la base d’un marché florissant de livre et de matériel. 

Les prédictions et les prophéties existent. Par une évidence puisée dans le champ du paranormal, toutes deux sont possibles, valides, et même fréquentes. Mais les prophéties, prédictions et interprétations courant sur la fin des temps et les mouvements évangéliques ne dérivent pas de la même optique ; bassement subjectives et dogmatiques, elles ne résistent pas à la moindre investigation scientifique. Ces croyances semblent être une forme d’hallucination collectives exploitant la peur et l’insécurité qui sont de mise dans nos temps difficiles, mais si elles comportent des similitudes avec les croyances dérivant d’une expérience paranormale supposée, les non-croyants  comme beaucoup de chrétiens conclueront que, bien qu’on prétendent les faire dériver de la Bible, elles ne méritent pas plus d’intérêt que celles de Nostradamus ou d’Edgar Cayce.       

Extrait de « Inexpliqué » 1981

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :