Coquille (Une)

Une coquille est une erreur de composition en typographie, consistant à mettre un caractère à la place d’un autre.
L’origine viendrait d’un article publié dans le Journal Officiel résumant les nouvelles réglementations adoptées par l’Assemblée nationale sur le calibrage des œufs. La lettre « q » avait malencontreusement été oubliée dans le mot « coquille ». Le sens du mot se trouvait alors changé et donnait une allure comique à la phrase, comme le souligne Pierre Desproges dans l’une de ses Chroniques de la haine ordinaire :


« […] Il était stipulé que quel que soit leur calibre, les couilles devaient être propres et exemptes de duvet au moment d’être exposées à l’étalage. »


Autres coquilles :


« Le vieux persiste », pouvait-on lire dans les journaux alors que le prince Jérôme Bonaparte (1784-1860), frère de Napoléon et ancien roi de Westphalie, était mourant. Le journaliste avait écrit « Le mieux persiste ».


 » Belle femme à vendre ou à louer, très productive si on la cultive bien. (Texte original : « ferme » et non « femme »)


 » Amphithéâtre : enceinte circulaire garnie de gredins. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :