Fibule en or de Chiusi – Etrusque

Amoureux des ornements, les Etrusques des castes supérieures portaient de somptueuses parures, et en particulier des joyaux en or. Les artisans réalisèrent ainsi des pendentifs, des guirlandes de feuilles d’or, des agrafes, des pectoraux, des bracelets et des fibules qui, malgré leurs dimensions réduites, constituent de merveilleux chef-d’œuvre de joaillerie. Les anciens habitants de l’actuelle Toscane importaient de l’or d’Afrique et d’Asie Mineure, régions dont étaient peut-être originaires leurs lointains ancêtres. Il est également possible que certains artisans soient venu du Proche-Orient, ce qui expliquerait le caractère orientalisant de plusieurs parures. Ces artistes acquirent une réelle maitrise dans a technique très élaborée de la granulation, laquelle consiste à souder sur une plaque de minuscules boules d’or afin de créer des zones de lumière étincelante, accentuée par le relief ainsi suggéré.

Trouvée à Chiusi et conservée au Louvre, la fibule présentée ici ne mesure que 11 cm de long. Datée de 630 av J-C, cette fibule de type a drago est différente de celles qui adoptent une forme de sangsue, nettement plus simple.

Ici, les lignes de l’arc, décoré par granulation de motif géométriques, donne lieu à la réalisation de formes richs et exceptionnelles. L’étrier est orné sur la partie visible et sur la face inférieure, d’une inscription transcrite en granulation où l’on peut lire : Io di Arathia velavesnas ornemento, Manurke Tursikina dedico. Le texte peut être interprété de manière suivante « Je suis la fibule d’Arath Velavesna. Don de Manurké Tursikina » Il s’agit donc d’un don destiné à un aristocrate de Chiusi, et l’inscription présente une graphie caractéristique de la région de Chiusi au cours de l’âge archaïque.

Cette fibule n’est pas sans rappeler celle de Marsiliana d’Albegna (ci-dessus) conservée au musée archéologique de Florence, ainsi qu’une autre fibule de Chiusi à peu près contemporaine conservée pour sa part au musée des Antiquités de Berlin. La fibules a drago de Vulci, dont l’étrier est orné de dix couples de lions et qui est aujourd’hui conservée au British Museum, est nettement plus longue puisqu’elle mesure près de 19 cm.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :