Tristan l’Hermite (1601 – 1655)

Épitaphe d’un petit chien

Cy gît un chien qui par Nature
Savait discerner sagement
Durant la Nuit la plus obscure
Le Voleur d’avecque l’Amant.
Sa discrète fidélité
Fit qu’avec beaucoup de tendresse
A sa mort il fut regretté
Par son Maistre, & par sa Maîtresse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :