Chiens perdus sans collier – Gilbert Cesbron

Roman de l’écrivain Gilbert Cesbron paru en 1954. Si son précédent ouvrage, Les saints vont en enfer, avait révélé au grand public le personnage du prêtre-ouvrier, celui-ci fit découvrir le rôle du juge des enfants, qui avait été institué quelques années plus tôt. Les « chiens perdus sans collier » dont il s’agit ici, ce sont en effet ces milliers d’enfants et d’adolescents qui chaque année comparaissent devant la justice.

Un des personnages clés du roman, le juge Lamy, ressemble comme un frère à Jean Chazal qui fut un des pionniers de cette réforme judiciaire. il est entouré d’une pléiade de personnages non moins dévoués que lui à cause de l’enfance délinquante : éducateurs, avocats, policiers… C’est l’itinéraire de deux enfants à la dérive, Marc et Alain-Robert, qui constitue la trame du roman. Ils se rencontrent au « centre de rééducation » de Terneray, un de ces vastes internats qu’on avait imaginé alors pour aider les enfa,ts à retrouver leur place dans la société.

Le premier, quatorze ans, y est placé à la suite de délits mineurs. Quand au second, onze ans, confié par l’Assistance publique à une « famille d’accueil » dès son plus jeune âge, il a découvert récemment qu’il était orphelin et n’a cessé depuis de « faire des bêtises ». C’est la rencontre et l’amitié entre ces deux enfants qui leur permettront de retrouver l’espoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :