Gardien (Le) – Harold Pinter

Aston, marginalisé à la suite d'un traitement psychiatrique violent, habite une pièce en piteux état dans un pavillon londonien. Il accueille un vieillard, Davies, rejeté de tous et sans travail. Aston se montre généreux et attentionné. A la demande de Davies, il lui apporte une paire de chaussures, puis une autre, mais celui-ci trouve sans... Lire la Suite →

Contes – Hans Christian Andersen

Très tôt, Hans Christian Andersen avait voulu faire une carrière littéraire. Pourtant, à ses débuts, il ne considérait pas les contes populaires comme un genre littéraire à part entière. Ecrivain précoce, à dix-sept ans, il présentait déjà des pièces au théâtre de Copenhague - il commença par écrire des récits de voyages, des poèmes, des... Lire la Suite →

Bruges-La-Morte – Georges Rodenbach

Dans cette Bruges austère, couverte d'incessants crêpes de brumes, ville cercueil dans laquelle il peut s'abandonner au désespoir que lui a causé la mort de sa femme, Hugues Viane trouve le refuge nécessaire à sa douleur. Il vit ainsi retiré dans sa demeure, "musée aux reliques" de son épouse, jusqu'au jour où il rencontre fortuitement... Lire la Suite →

Tentation (La) de saint Antoine – Gustave Flaubert

Au cours d'une terrible nuit, Saint Antoine, replié dans sa thébaïde afin d'entretenir une communion spirituelle avec Dieu, est assailli par de multiples tentations. Elle l'accaparent sous diverses formes, au moment où son âme était encline à succomber à la tentation, tout d'abord sous l'aspect de la Reine de Saba tentant de le séduire par... Lire la Suite →

Maigret – Georges Simenon

C'est en 1929 qu'a germé le personnage du commissaire Maigret dans l'imagination de Simenon, qui le met en scène dès 1930 dans Pietr-le-Letton. Il est présent dans une centaine de romans ou de nouvelles. Les Editions Fayard commandent en 1931, un "Maigret" par mois à l'auteur. C'est le début d'un succès mondiale. Dès 1930, la... Lire la Suite →

Voleur (Le) – Georges Darien

"Il ne faut pas manger tes ongles, parce qu'ils sont à toi. Si tu aimes les ongles, mange ceux des autres." Tel est le principe que Georges Randal, le héros du Voleur, suivra toute sa vie. Victime de l'escroquerie de son oncle qui le dépouille de son héritage, il décide de devenir voleur à son... Lire la Suite →

Gite – Julio Cortázar

L'univers des nouvelles de Gîtes révèle toujours en son centre une faille. Le point commun de tous ces récits réside dans l'existence d'un monde ordonné, instituant des habitudes en lois et en règles mécaniquement appliquées, comme pour conjurer la menace d'une autre existence qui finit quand même par surgir. L'univers toujours parfait d'un appartement bourgeois... Lire la Suite →

Thomas l’Imposteur – Jean Cocteau

Paris, Guerre de 1914. La princesse de Bormes, une femme mondaine et indépendante d'esprit organise depuis la capitale un service d'ambulances en direction du front. Pendant ce temps, Guillaume Thomas, obscur jeune homme pas même en âge de combattre, décide de profiter du désordre engendré par le conflit pour jouer enfin un rôle à sa... Lire la Suite →

Jean de La Fontaine – Fables

Les deux cent quarante et une fables contenues dans les douze livres qui forment le recueil n'obéissent à aucun plan initiale. Les six premiers livres sont des récits charmants que chacun connaît par cœur : La Cigale et la Fourmi, Le Corbeau et le Renard, Le Loup et le Chien, Le Chêne et le Roseau...... Lire la Suite →

Cinna – Pierre Corneille

L'empereur Auguste a fait mourir le père d'Emilie. Même si l'empereur le traite comme sa fille, Emilie, pour qui l'honneur est le plus fort a promis sa main à Cinna s'il exécute le Prince. Cinna, petit-fils de Pompée, exhorte des conjurés contre le tyran. Le crime est prêt pour le lendemain. Mais Auguste, qui ignore... Lire la Suite →

Tess d’Urberville – Thomas Hardy

Tess Durbefield est une fille campagnarde, au mœurs simples, qui vit dans la province du Wessex, au sud-ouest de l'Angleterre. Son père perd la tête en apprenant qu'il descend d'une famille noble du pays d'Auberville. Tess est alors séduite par Alec d'Uberville, son prétendu "cousin" - en fait un hobereau donjuanesque et arriviste - et... Lire la Suite →

Poésie arabe

'Amrû ibn Qin'âs al-Mûrâdî J'ai attiré vers moi les branche d'un arbreDesséché et je les ai cueillies.L'eau que j'ai bue ne fut puisée à nulle sourceEt ne vint d'aucun ciel.Cette viande que nul n'a goûtée,J'étais seul à la manger et à la savourer....J'ai allumé un feu sans étincelles,Remuant son enfer, je m'y suis réchauffé,Quand mon... Lire la Suite →

René – François-René de Chateaubriand

René, qui a fui l'Europe, trouve refuge en Amérique dans une tribut d'Indiens Natchez. Son père adoptif, Chactas, et le père missionnaire Soüel invite le jeune homme à ouvrir son coeur. Tout au long du roman, René raconte sa vie. Sa naissance coûta la vie à sa mère. Il fut élevé dans le château paternel... Lire la Suite →

Antoine-Vincent Arnault (1766 – 1834)

A quelqu'un qui me réveillait Pourquoi me rendre à ma douleur ?Pourquoi rétablis-tu, barbare,Entre mon sort et le bonheurL'immensité qui les sépare ? En précipitant mon réveil,Sais-tu bien ce que tu m'enlèves ?Je retrouverai mon sommeil,Mais retrouverai-je mes rêves ? Je revoyais mon doux pays,Ces beaux lieux que la Seine arrose !J'embrassais mes heureux amis,Et... Lire la Suite →

Richard Barnfield (1574 – 1620)

Si musique et douce poésie s’accordent… Si musique et douce poésie s’accordent comme le doivent deux sœurs, alors nous devons bien nous aimer, toi et moi, car tu aimes l’une et j’aime l’autre. Ton goût est pour Dowland, dont la touche céleste sur le luth ravit les sens humains ; le mien est pour Spenser,... Lire la Suite →

Pierre de BRACH (1547 – 1605)

Amour, adieu Amour, adieu, je prends congé de toiAmour, adieu, je m'en vais, je te laisse,Je ne veux plus aimer cette maîtresseQui m'a tenu si longtemps en émoi. Je ne veux plus la voir rire de moi,S'éjouissant de me voir en tristesse.Ni son bel oeil, qui m'oeillade sans cesse,Ni de sa bouche une parjure foi,... Lire la Suite →

Bonaventure Des Périers (1510 – 1544)

Loisir et libertéC'est bien son seul désir ;Ce serait un plaisirPour traiter vérité.L'esprit inquiétéNe se fait que moisir ;Loisir et liberté,S'ils viennent cet été,Liberté et loisir,Ils la pourront saisirA perpétuité,Loisir et liberté.

Tristan l’Hermite (1601 – 1655)

Épitaphe d’un petit chien Cy gît un chien qui par NatureSavait discerner sagementDurant la Nuit la plus obscureLe Voleur d'avecque l'Amant.Sa discrète fidélitéFit qu'avec beaucoup de tendresseA sa mort il fut regrettéPar son Maistre, & par sa Maîtresse

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer