Joie (La) de vivre – Emile Zola

Pauline Quenu, orpheline de dix ans st recueillie par des cousins, les Chanteau. Ils habitent un port désolé de la côte normande, périodiquement ravagé par de terribles tempêtes, que le romancier nomme par dérision Bonneville. Pauline est une riche héritière. Par bonté et parce qu'elle a besoin de se sentir aimé, elle se laisse peu... Lire la Suite →

Monsieur des Lourdines – Alphonse de Chateaubriant

Timothée des Lourdines mène dans son château poitevin du Petit-Fougeray la vie de gentilhomme campagnard, aisée et retirée qu'ont connue ses pères. Cordial et avenant pour ses tenanciers et ses domestiques, qui le jugent brave homme et sans fierté, il fréquente peu ses pairs auprès de qui il fait figure de vieil original. Réputation méritée... Lire la Suite →

Tortilla Flat – John Steinbeck

Danny est un paisano, authentique descendant des premiers habitants espagnols de Californie. Fainéant au bon coeur, il passe son temps à boire et à chaparder. A la mort de son grand-père, il hérite de deux bicoques dans un faubourg de Monterey, Tortilla Flat : me voilà devenu un homme considéré ! Généreux, quoiqu'un peu déconcerté... Lire la Suite →

Manuscrit trouver à Saragosse – Jan Potocki

Roman fantastique, écrit en français du comte polonais Jan Potocki, archéologue et ethnologue slave. Le Manuscrit comprend soixante-six journées, chacune d'entre elles renfermant plusieurs nouvelles s'emboitant les unes dans les autres, mais il n'en existe pas d'édition intégrale. En 1804, Potocki fit imprimer, à Saint-Pétersbourg, en un très petit nombre d'exemplaires et sous le titre... Lire la Suite →

Homme (L’) qui rit – Victor Hugo

Cette œuvre écrite dans la dernière période de l'exil à Bruxelles reflète, comme Les Misérables, les préoccupations sociales qui avaient fait de Victor Hugo une homme politique, et sa passion, à la fois naïve et ardente, donne à ces pages un accents inoubliable. L'Homme qui rit est peut-être le roman le plus typique de Victor... Lire la Suite →

Nadja – André Breton

Cette œuvre datant de 1928 est un témoignage capital sur l'état d'esprit du surréalisme. "Dis-moi qui tu hantes...", telle est la question que se pose, au départ, l'auteur de ce livre pour tenter d'en déduire qui il est. Pour le théoricien du surréalisme qu'est André Breton, écrivain en quête d'une réalité supérieure résultant de la... Lire la Suite →

Grandes (Les) espérances – Charles Dickens

Charles Dickens est incontestablement le plus renommé des écrivains anglais. Autodidacte issu des couches populaires, rapidement enrichi grâce à son œuvre, il resta pourtant toute sa vie proche des plus humbles, mettant son talent au service de leur cause. C'est pourquoi Les Grandes Espérances, roman sur la pureté perdue, écrit en 1861, représente en quelques... Lire la Suite →

Maurin des Maures – Jean Aicard

Dans ce roman plein de verve, l'épique s'allie où drolatique, revit l'esprit gaillard des vieux conteurs gaulois. Maurin des Laures, ce cousin de Tartarin, empereur des gendarmes, chasseur de lapins, coureur de filles, conteur, vagabond et braconnier, remplit le pays d'Hyères de ses fanfaronnades et de ses exploits. De Sainte-Maxime à Saint-Raphaël, de Gonfaron à... Lire la Suite →

Palais (Le) des rêves – Ismaïl Kadaré

Publié en 1981 et immédiatement interdit, ce roman semble une plongée de cauchemar du totalitarisme. "Depuis longtemps, j'avais envie de construire un enfer. Je mesurais pourtant ce qu'avait d'ambitieux et même de chimérique un pareil projet à la suite des anonymes égyptiens, de Virgile, de saint Augustin et surtout de Dante...", prévient l'auteur qui, pour... Lire la Suite →

Lettres persanes – Montesquieu

A en croire les historiens, la gloire de Montesquieu ne vient pas de sont œuvre littéraire, mais bien plutôt de sa pensée politique, incarnée dans son livre L'Esprit des lois. Face à cela, les Lettres persanes, parues en 1721, apparaissent plutôt comme une œuvre de jeunesse, très réussie certes, mais sans autre ambition que de... Lire la Suite →

Chiens perdus sans collier – Gilbert Cesbron

Roman de l'écrivain Gilbert Cesbron paru en 1954. Si son précédent ouvrage, Les saints vont en enfer, avait révélé au grand public le personnage du prêtre-ouvrier, celui-ci fit découvrir le rôle du juge des enfants, qui avait été institué quelques années plus tôt. Les "chiens perdus sans collier" dont il s'agit ici, ce sont en... Lire la Suite →

Malicroix – Henri Bosco

Martial de Mégremut se dirige vers la Redousse où la convoqué Me Dromiols pour recueillir l'héritage de son grand-oncle Cornélius de Malicroix. Le notaire n'est pas au rendez-vous et Martial l'attend toute une semaine dans le mas solitaire assailli par la bourrasque, sur une île que le Rhône en crue ronge un peu chaque jour,... Lire la Suite →

Chute (La) – Albert Camus

Un soir, dans un bar d'Amsterdam, un homme d'âge moyen fait la rencontre d'un inconnu auquel il décide de confier l'étrange histoire de sa vie. Avocat à Paris, l'homme vit d'abord dans une haute et brillante estime de lui-même. Chaque jour il emploie son temps à multiplier les preuves de ses innombrables vertus, et ses... Lire la Suite →

Barnabo des montagnes – Dino Buzzati

Ce bref roman est la première œuvre publiée en 1933, de l'italien Dino Buzzati. Quelques gardes forestiers ont pour mission de veiller sur une poudrière installée en pleine montagne. Dans la solitude des forêts et des pentes glacées, le rythme des gardes montantes et descendantes rend insensible l'écoulement du temps. Parfois, cependant, le bruit que... Lire la Suite →

Perturbation – Thomas Bernhard

Publié en 1967, c'est le roman qui assure la notoriété de Bernhard et où l'on voit se radicaliser tant sa technique que son univers très particulier. L'anecdote en est constituée par la tournée , en Styrie, d'un médecin de campagne dont le fils fait fonction de narrateur. Après une série de visites dans une régions... Lire la Suite →

Mort (La) à Venise – Thomas Mann

En attendant le tramway, Gustav Aschenbach a le regard porté vers un homme en costume de voyage. Il a dépassé la cinquantaine, s'est voué à la littérature qu'il considère comme une activité grave au service de la perfection formelle et des valeurs morales. Il est soudain pris d'un désir d'évasion. Il abouti, attiré par un... Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer