La curiosité est-elle vraiment un vilain défaut ?

 » Revenons au latin, nous dit Erik Orsenna, curiosité vient de cura, qui veut dire la cure ou curatif. Donc le curieux est celui, ou celle qui prend soin. Et c’est l’indifférence, le plus vilain, le plus asséchant des défauts, cette manière fermée de vivre, verrouillé en soi-même, sans jamais trouver matière ou personne à distinguer, à célébrer.

  • A l’origine de toute connaissance, nous rencontrons la curiosité ! Elle est une condition essentielle du progrès. (Alexandra David-Néel)
  • Sans curiosité on meurt, et sans courage on ne vit pas (Hugo Pratt)
  • Le savoir qui compte est celui qu’on se donne soi-même, par curiosité naturelle, passion du savoir. (Paul Léautaud)
  • Mon esprit est peut-être toujours jeune, mais la carcasse, elle, commence à se fatiguer. Je crois que le plus important, avec l’âge c’est de garder sa curiosité et, surtout, l’écoute de l’autre. Quand on commence à se désintéresser des autres, c’est le début de la fin, on se retire doucement, on range son plumier, quoi… (Jean Rochefort)

Articles récents

Lettres persanes – Montesquieu

A en croire les historiens, la gloire de Montesquieu ne vient pas de sont œuvre littéraire, mais bien plutôt de sa pensée politique, incarnée dans son livre L’Esprit des lois. Face à cela, les Lettres persanes, parues en 1721, apparaissent plutôt comme une œuvre de jeunesse, très réussie certes, mais sans autre ambition que de… Lire la Suite →

Précieuses (Les) ridicules – Molière

La Grange et Du Croisy, deux gentilhommes viennent d’être repoussés par Magdelon et Cathos avec le plus profond dédain. Résolu à se venger d’elles, La Grange pense à son valet Mascarille, qui passe « pour une manière de bel esprit ». Le père de Magdelon, Gorgibus, oncle de Cathos, est un esprit pratique et voudrait marier ces… Lire la Suite →

Chiens perdus sans collier – Gilbert Cesbron

Roman de l’écrivain Gilbert Cesbron paru en 1954. Si son précédent ouvrage, Les saints vont en enfer, avait révélé au grand public le personnage du prêtre-ouvrier, celui-ci fit découvrir le rôle du juge des enfants, qui avait été institué quelques années plus tôt. Les « chiens perdus sans collier » dont il s’agit ici, ce sont en… Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer