La curiosité est-elle vraiment un vilain défaut ?

 » Revenons au latin, nous dit Erik Orsenna, curiosité vient de cura, qui veut dire la cure ou curatif. Donc le curieux est celui, ou celle qui prend soin. Et c’est l’indifférence, le plus vilain, le plus asséchant des défauts, cette manière fermée de vivre, verrouillé en soi-même, sans jamais trouver matière ou personne à distinguer, à célébrer.

  • A l’origine de toute connaissance, nous rencontrons la curiosité ! Elle est une condition essentielle du progrès. (Alexandra David-Néel)
  • Sans curiosité on meurt, et sans courage on ne vit pas (Hugo Pratt)
  • Le savoir qui compte est celui qu’on se donne soi-même, par curiosité naturelle, passion du savoir. (Paul Léautaud)
  • Mon esprit est peut-être toujours jeune, mais la carcasse, elle, commence à se fatiguer. Je crois que le plus important, avec l’âge c’est de garder sa curiosité et, surtout, l’écoute de l’autre. Quand on commence à se désintéresser des autres, c’est le début de la fin, on se retire doucement, on range son plumier, quoi… (Jean Rochefort)

Articles récents

Homme (L’) invisible – H. G. Wells

Le jeune Griffin fait des études de physique : fort intelligent mais très pauvre, il a découvert un moyen de rendre transparents tous les tissus, y compris les cellules vivantes et il expérimente son procédé sur lui-même. Lorsque, après bien des heures d’un travail énervant et beaucoup de souffrances, il atteint son but, il se… Lire la Suite →

Li T’ai-Po (701 – 763)

Accompagnant un ami La verte montagne s’étend sur la muraille du Nord,De blanches eaux entourent celle de l’Est.Quand ici nous serons séparés,Vous serez l’herbe aquatique qui voyage à dix mille Li. Les nuages errants me rappelleront le voyageur,Le soleil couchant me fera songer à l’ancien ami.Vous vous éloignez, nous agitons la main,L’un vers l’autre nos… Lire la Suite →

Théophile Gautier – Poésies (1811 – 1872)

J’ai dans mon cœur J’ai dans mon cœur, dont tout voile s’écarte,Deux bancs d’ivoire, une table en cristal,Où sont assis, tenant chacun leur carte,Ton faux amour et mon amour loyal. J’ai dans mon cœur, dans mon cœur diaphane,Ton nom chéri qu’enferme un coffret d’or ;Prends-en la clef, car nulle main profaneNe doit l’ouvrir ni ne… Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer